Retournez votre colis jusqu'au 20/01/2019 pour toute commande passée entre le 20/11/2018 et le 31/12/2018 #cadeaux. Lire notre FAQ.

Pourquoi les danseurs de Swing - Lindy Hop achètent nos chaussures ?

Publié le 16 sept. 2018 à 16h16 par Amélie Barrande

keyboard_backspace Retour aux articles

Les danses Swing sont nées dans les années 1920 aux Etats-Unis. 


À l’époque, la Ségrégation coupait la population en deux, interdisant aux personnes de couleurs l’accès à de très nombreux lieux réservés aux blancs, parmi lesquels se trouvaient les salles dans lesquels avaient lieu les bals dansants. Face à cette situation, les africains-américains du quartier d’Harlem ont créé leurs propres salles de danse, ouvertes à tous, quelle que soit votre couleur de peau.


Parmi elles se trouve la devenue célèbre salle “Savoy”. C’est dans ce lieu mythique se situant au coeur d’Harlem que sont nées les danses Swing. À l’époque, les danseurs se mettaient sur leur 31 et y dansaient en chaussures de ville en cuir.


Ces danses, quasi totalement disparues puis revenues progressivement à la mode depuis quelques années, font aujourd’hui fureur en France, mais également en Suède, aux Etats-Unis, en Corée, etc. Comme autrefois à Harlem, les danseurs aiment danser dans de belles chaussures de ville. Pour autant, ils ne choisissent pas leurs chaussures purement au visuel, au risque de se blesser pieds, genoux et dos.


Les critères de confort des danseurs sont les suivants :


1. Des matériaux souples et fins


Pour les danseurs, pas question de passer 3 semaines à “casser” leurs chaussures. Ils mettent leurs chaussures neuves à rude épreuve en les portant pour danser pendant des heures.


Pour cela, les matériaux composant la chaussure se doivent d’être fins et souples. Cela concerne non seulement les cuirs - qui peuvent être de différentes gamme de qualités - mais également le choix des contreforts. Ces derniers permettent à la chaussures de ne pas s’effondrer sur elle-même. Toutefois, trop épais ils raidissent la chaussure. De même, lorsqu’ils sont montés trop haut sur la chaussure (choix que font souvent les fabricants pour que leurs chaussures paraissent plus belles sur l’étagère d’un magasin) ils viennent heurter le haut du talon, créant ainsi des cloques douloureuses.


2. Une semelle intérieure en mousse épaisse


Les chocs répétés fragilisent la plante de nos pieds ainsi que nos articulations. Une semelle en mousse épaisse permet d’amortir les chocs même dans le cas d’une danse endiablée. 


En outre, coudre sur cette mousse une très fine couche de cuir souple permet d’absorber l’humidité et d’améliorer la respiration du pied sans pour autant perdre l’aspect confortable et molletonné de la mousse.


3. Un semelle extérieure en cuir


Enfin, une semelle extérieure en cuir s’adapte à la forme que prend le pied à chaque pas. Le pied respire et bouge selon ses courbes naturelles. Enfin, coudre la semelle avec la technique du “cousu blake” donne plus de résistance qu’un simple “collage” sans pour autant épaissir la chaussure ni rigidifier la semelle.


C’est parce que les chaussures Swivells ont été conçues pour répondre à tous ces critères qu’elles ont attirées l’attention des danseurs de Swing.


Mais ce qui vaut pour la danse vaut bien évidemment pour la marche ! Une journée au travail ou à bien à piétiner dans la ville nécessite de faire attention aux chaussures que l’on porte. En faisant le choix d’une chaussure confortable vous protégez ainsi vos pieds, vos genoux, votre dos, et votre humeur !